Perdu sur le site ?
Signaler un problème (bug ou autre) sur le site

Histoire de la mode du XIXème siècle

Le vetement masculin

MATIERES ET COULEURS DES VETEMENTS MASCULINS DU XIXe SIECLE

Les matières à la mode pour les « vestes » étaient des lainages foulés avec une bonne tenue mais avec une surface douce au toucher (drap de laine, cachemire, vigogne). Durant la première moitié du siècle, les pantalons ou fuseaux moulants étaient quasiment toujours de couleur claire et d'une étoffe généralement plus légère que celle de la « veste », comme les jerseys (de laine ou de soie), le mérinos, le casimir (drap très fin, soyeux en raison de son armure proche du satin avec chaîne de coton et trame de laine), le daim, etc. Pour l'été, le nankin (toile ou serge de coton, ordinairement jaune chamois ou brun jaunâtre), les sergés de coton lourds, la toile de Nîmes, le lin à chevrons étaient très populaires. A partir des années 1840, les tweeds et les sergés de laine retors à motifs de rayures, de carreaux ou écossais devinrent une nouvelle tendance dans les matériaux, quoique utilisés au début uniquement pour les pantalons et les vestes d'agrément ou de sport. Pour le soir, les culottes ou les pantalons étaient généralement de cachemire ou mérinos blanc ou noir jusqu'en 1840, puis uniquement noir par la suite. Les vestes de ville, de loisirs ou d'agrément portées durant la seconde moitié du siècle étaient taillées dans des tweeds, des sergés de laine retors, etc. et durant le dernier quart du siècle, les fins sergés de laine et la vigogne tendirent à remplacer les fins draps de laine pour l'habit de soirée. Les grands manteaux ou pardessus étaient de draps lourds, de castor, de molleton ou de cheviotte, mais des tenues de chasse ou de sport (l'Inverness et l'Ulster) étaient essentiellement faites dans du tweed. La flanelle fut utilisée pour la première fois pour tailler les costumes au début des années 1890.

Les revers de col en velours ou en soie se sont faits tout au long du siècle. A partir de la fin des années 1830, une tresse (de lainage, de coton ou de soie) fit son apparition pour ganser les bords, puis les bords passepoilés, galonnés, ou toujours gansés, furent très prisés à partir des années 1850 et par la suite. La couture extérieure du pantalon était également souvent recouverte d'un galon. Les parementures, le galonnage, de même que le style des cols, des revers, des poches, des boutons étaient des détails qui variaient d'année en année.

En résumé, pour les couleurs des habits (fracs, redingotes, jaquettes, habits à queue...)

18001810182018301840185018601870188018901900
jourbleu/ vert/ bordeaux/ marron/ noirnoir
soir bleu/vert/bordeaux/marron/noirbleu / noirnoir

Américaine Pase de quatre
Histoire de la mode du XIXème siècle

Certaines couleurs font pourtant problèmes...

Dans le livre d'Alain Decaux sur la Castiglione, on rencontre une phrase qui laisse perplexes les connaisseurs que nous avons contactés.

Nous sommes en 1856, à Compiègne, résidence favorite de la Cour. Pour un dîner prévu par l'Empereur, « la tenue de soirée était naturellement obligatoire : robe décolletée pour les femmes et, pour les hommes « cravate blanche, habit noir ou bleu ciel, culotte et bas de soie noirs ou pantalons collants boutonnés à la cheville »

Il y a beaucoup d'inconnus dans cette petite phrase? Mai qu'est-ce que cet habit bleu ciel ?

Disons d'abord que nous ignorons la source d'Alain Decaux : son livre ne mentionne rien.

Eric Girardon, du « Musée de la mode retrouvée » ne connaît pas la réponse : le costume bleu le déconcerte et il suppose que ce bleu concerne des personnes portant une sorte d'uniformes, comme les « officiers d'ordonnance ».

Un autre texte, inscrit au Journal officiel du 22-12-1874  dont nous ne savons rien d'autre qu'il a pour auteur Alphonse Daudet, confirme la couleur :

« Les hommes portant l'habit bleu barbeau (1) ou feuille morte, les collants de couleur claire, la cravate de mousseline blanche. »

Jean-Marie Bruson du Musée Carnavalet confirme cette diversité dans les couleurs, même en fin de siècle, en nous écrivant : « Le frac rouge accompagnant culotte et bas noirs, et gilet blanc, fut également une tenue portée dans les années 1890 - 1900. »

(1) Le bleu du bleuet


23 October 2014 54.211.212.174
Partenaires Agir : Armorial, Blasons et Armoiries, Roi Président, Généalogie